close

Dirigeants et emojis : équation impossible ?

dirigeant-et-emoji

 

Coussins de décoration, motifs sur les vêtements, ou même nouveau langage de référence pour traduire la Bible, les emojis ne cessent de se répandre et possèdent dorénavant une journée dédiée dans le calendrier. Impossible de se connecter sur les réseaux sociaux sans voir ces petits symboles envahir nos écrans. Si les marques n’hésitent pas à s’en servir naturellement dans leur communication digitale, les dirigeants restent encore timides au regard de cette pratique.

La petite histoire de l’Emoji

Malgré ce que nous pourrions penser, les emojis existent depuis maintenant plus d’une vingtaine d’années. En effet, c’est Shigetaka Kurita qui leur a donné naissance en 1995 au Japon. Au fil des années, ils ont connu de nombreuses évolutions, mais ce n’est qu’à partir de l’année 2011 qu’ils ont conquis le monde entier grâce à Apple et sa mise à jour de l’iOS.

Depuis quelques temps, le web est devenu un secteur au sein duquel les internautes n’hésitent pas à partager leurs émotions. Dans cette lignée, plus de 6 milliards d’emojis sont envoyés chaque jour à travers le monde. Les internautes possèdent une vision très positive vis-à-vis de cette pratique de plus en plus utilisée par les marques. Des associations s’y sont également mises comme par exemple WWF et sa campagne #EndangeredEmoji qui met en avant 17 emojis représentant une espèce animale menacée.

Ponctuation ou communication non-verbale ?

Dans un monde où la plupart des conversations sont échangées derrière un écran plutôt que dans la vie réelle, il n’est pas toujours facile de saisir réellement les émotions ressenties par nos interlocuteurs. Dans la vie “offline”, la communication verbale est d’autant plus riche qu’elle est agrémentée de gestuelles (langage corporel, mimiques;..), de signaux visuels qui sont propres à chaque individu et laissent transparaître un état de pensée, une attitude ou une émotion particulière. La communication écrite, en particulier dans un format contraint, laisse moins de place à l’enrobage émotionnel.

En effet, sur les réseaux sociaux les dirigeants peuvent paraître très formels aux premiers abords ; les emojis peuvent devenir une solution pour contrer cette impression. En effet, en plus d’être esthétique et de simplifier les messages, les emojis sont un moyen pour les dirigeants de personnaliser le contenu en l’agrémentant d’une forme “non-verbale” de manière simple et ludique. Surfer sur cette tendance est également un moyen efficace de gagner en transparence et en capital sympathie puisque cela permet de générer de la conversation plus facilement. Comme dirait Confucius “une image vaut mille mots” 😉.

Parfois remis en question

Même Barack Obama a déjà surfé sur la vague emoji en remerciant le Japon pour les avoir inventé et diffusé à travers le monde : « Today is also a chance for Americans, especially our young people, to say thank you for all the things we love from Japan. Like karate and karaoke. Manga and anime. And, of course, emojis.« . Toutefois, il n’est pas approprié de les utiliser dans n’importe quel contexte.

En effet, lorsqu’ils sont mal utilisés dans les échanges professionnels, les émojis peuvent avoir une connotation négative. Une étude a récemment montré que 88% des individus interviewés jugeaient l’utilisation des emojis dans un e-mail comme peu professionnel. Les points de vue divergent :

  • Écart générationnel entre un senior et un junior : l’émoji n’aura pas la même interprétation. Il peut induire trop de proximité et faire perdre de la crédibilité au message.
  • Adoucir un message qui pourrait sembler trop brutal ou à l’inverse, l’accentuer.

Cet article vous a donné envie de sauter le pas et d’utiliser des emojis ? Voici le site idéal pour découvrir un panel de possibilités !

L'auteur Nina Mangeot